Histoires de Pachyderme

Petites Histoires chez Pachyderme

Pachyderme était un peu sourd, càd dur de la feuille. Il avait aussi des problèmes de mémoire, dans le sens où, il ne retenait pas ce qu'il apprenait, pas plus ce qu'on lui disait : deux minutes après avoir été entendu, il ne se souvenait même plus du sujet abordé ou si le thème lui restait, il oubliait le contenu…
Cela le rendait malheureux. Il avait donc du mal à se faire des camarades, car il donnait l'impression de ne pas s'intéresser aux gens. Comment demander des nouvelles, si l'on ne sait pas à propos de quoi !

Pourtant quand on discutait avec lui, il donnait l'impression de tout savoir sur tout et tout le monde…
Serait-ce son chat qui l'informait ? Était-ce les réseaux sociaux qui le tenaient au courant ?
C'était un peu plus compliqué en fait !

Comme il n'entendait qu'environ la moitié de ce qui se disait et qu'il ne retenait que partie de ce qu'il comprenait : il inventait le reste… Et ça il le mémorisait ! 
Il ajoutait des bouts de conversation à des observations personnelles, il mêlait des bribes de discussions et il imaginait la suite…
Quand ensuite il parlait avec ses interlocuteurs, ils le trouvaient très au fait, ou se trouvaient fort ahuris.…
C'est ainsi que
-l'Anguille ne pouvait pas boire un coup avec les voisins parce qu'elle avait un compagnon, alors qu'elle déménageait sa mère,
-la fille-adolescente du Caraïbéen ne mangeait pas dans la cour avec son père et Pachyderme, parce qu'elle n'avait pas le droit d'être avec des hommes, alors que à son âge on préfère les émissions d'ado à dîner avec des vieux,
-la Godiche avait travaillé dans le Golfe ou en Arabie Saoudite, alors qu'elle n'avait jamais quitté l'Europe,
-les appartements vides ont reçu leurs nouveaux locataires, ils sont venus la fin de semaine de Pâques, alors que le carrelage n'est pas terminé, il n'y a pas l'électricité et les peintures ne sont pas faites…
-des voisins se mettaient à déherber la cour-II, ils s'essayaient au jardinage, ils vont faire un potager et vendre leur production aux autres voisins…
-une petite voiture brûle dans la rue un soir…  la banlieue descend en ville, d'autres seront incendiées, alors que c'est une défaut bien connu de la boîte électrique qui a mis le feu…
-l'immeuble avait été spolié à des Juifs pendant la II°Guerre-Mondiale, alors qu'il s'agissait d'un appartement de l'angle,
-etc…

Il racontait ses histoires d'un air tranquille de celui qui sait, et embrouillait son monde…

à suivre…
© = texte soumis à copyright

Posté par divaguer à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Arrosages

Petites Histoires chez Pachyderme

L'arrosage ne se faisait que pendant les temps de sècheresse, comme les derniers printemps et l'été ; une année il fallut arroser aussi l'automne, tellement le climat était sec, sinon aucune plante n'aurait pris ou n'aurait survécu. En automne on n'arrosait alors qu'une fois par semaine, en été c'était tous les jours !

Véroleuse, Jardinière, Godiche, Garce s'occupaient de l'arrosage de leur cour, chacune à sa manière…
Garce n'arrosait que ses plantes, devant chez elle, avec un arrosoir, car elle prenait l'eau chez elle…
Godiche arrosait les plantes en pots et les arbustes avec des seaux qu'elle remplissait au robinet commun…
Jardinière arrosait un peu tout avec des bouteilles de deux litres qu'elle approvisionnait de chez elle.…
Véroleuse avait acheté un tuyau jaune qu'elle branchait dans sa cuisine, elle arrosait abondamment pour rafraîchir…
Inverti arrosait tout, un peu. Il empruntait le tuyau à Véroleuse, car ils s'entendaient très bien : c'était à qui avait le plus beau jardin. Il avait semé du gazon dans son secteur et avait fait de la cour un vrai tapis de golf.

De temps à autre dans les cours, il y avait des arrosages, mais on s'y ennuyait ferme, car  l'animosité, la concurrence, règnaient, et à part les banalités, les gens avaient peu de choses en commun et peu de choses à se dire, ni à partager. Les têtes à têtes étaient plus fructueux, aussi ne mangeait-on ni ne guinchait-on pas ensemble.
Les nouveaux arrivants essayaient de mettre des rendez-vous de convivialité, mais cela ne prenait pas. Au bout du second, les emplois du temps ne coïncidaient plus, les évitements se faisaient jour…


Lors des arrosages du premier type, les chats observaient le rituel d'un œil ; certains s'enfuyaient ; Rajah, lui participait : il se postait devant les plantes à arroser, puis grattait la terre mouillée… Perché se demandait s'il allait être dérangé par l'eau, regardait placidement : "changerait-il éventuellement de place ?" se demandant s'il allait lui rester une place sèche pour se rouler dans la terre. Nefertary jouait avec le tuyau qui remuait ; Nefertiti s'amusait des gouttes…

Il paraît étonnant que cet apport d'eau ne fût pas source de discorde.

à suivre…
© = texte soumis à copyright

 

Posté par divaguer à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Garce*

Petites Histoires chez Pachyderme

La Garce habitait au rez-de-chaussée, dans l'aile nord de l'immeuble qui formait un L. Elle n'avait jamais eu l'air sympathique avec sa manie de regarder par en dessous et de ne pas voir les gens. Elle faisait aussi des coups tordus aux voisins, et en transférait la responsabilité aux autres.
Elle fréquentait la paroisse, avait ses œuvres, et semblait très appréciée par certains.
Elle cultivait une petite partie de la cour que partageaient quatre montées d'escaliers, mais elle ne supportait pas qu'on y aille. Elle y mettait ses fleurs et son linge sur ses propres fils de sèchage. Il y avait un autre étendage au milieu pour tout le monde, mais elle essayait de dissuader les voisins d'y pendre leur lessive.

Un après-midi d'été alors qu'il faisait chaud, la Godiche proposa à Autiste de prendre l'air dans cette cour qui était abritée du soleil. Popeye était tout content d'être dehors, et Rajah les rejoignit. On étala une grande couverture pour y installer l'enfant handicapé et les deux femmes s'assirent sur les deux seules chaises de jardin qui existaient et que quelqu'un avait laissé au bénéfice de tous après son départ de l'immeuble. Les deux femmes discutaient, doucement, chantèrent un peu avec l'enfant, changèrent de place en même temps que le soleil se déplaçât dans le carré de cour, mais restaient vers le fond sous les arbres.
La Garce observa le manège à plusieurs reprises, depuis sa fenêtre, alors qu'elle recevait des visiteurs. L'après-midi dura juqu'à 17h/18h. Elle finit par fermer sa fenêtre tout en opinant de la tête….

Dans la semaine qui suivit, la table et les chaises de jardin disparurent.
On s'étonna.
Un voisin regarda dans les caves et découvrit les deux chaises de jardin entreposées au sous-sol de la Garce : la table avait disparu. Godiche et Mughlaqa interrogèrent les habitants. Puis Mughlaqa eut l'idée d'aller voir le donateur du mobilier qui avait déménagé à quelques rues de là : la Garce était passée par son magasin pour lui dire de récupérer ses meubles de jardin qui ne pouvaient plus rester dans la cour !
Quand on l'interrogea afin de savoir pourquoi elle avait agi ainsi, elle dit qu'elle n'y était pour rien…

à suivre…
© = texte soumis à copyright

 

Posté par divaguer à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2019

Pachyderme Amoureux

Petites Histoires de Pachyderme

Pachyderme est amoureux.
     La dernière en date était une ancienne collègue de travail qui était mariée.
-"Je ne l'ai pas fait exprès, je suis tombé amoureux !" dit-il à Mughlaqa, "Elle me plaisait, elle est attentionnée…"
Dans l'organisme catholique où il travaillait cela ne faisait pas bon effet. Il faut dire que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'il était amoureux Pachyderme… Pas discret pour deux sous… Et puis, amoureux comme un innocent. Il savait qu'il ne fallait pas, mais voilà il était tombé dedants.
Même après sa retraite, il revenait dans les parages de son travail pour l'apercevoir… Tous les matins, il allait à la messe à la cathédrale toute proche, puis buvait un petit café vers son ancien bâtiment de travail, attendant vainement on ne sait quoi !

     À quelques années de là, il avait été amoureux de Mughlaqa amoureux ? pas vraiment, mais il trouvait qu'ils s'entendaient bien ; ils passaient des soirées ensemble, Pachyderme philosophant sur la vie, sur dieu, relatant comme Shéhérazade les péripéties, les vicissitudes de sa vie. Il parlait, parlait, comme un moulin. Mughlaqa le laissait parler tout en regardant la télévision.… Un soir il lui dit
-"On se voit régulièrement depuis pas mal de temps… on est bien ensemble… on pourrait se mettre en couple !"
Il avait fait dans sa tête tout un cheminement, il avait articulé les possibles et ses désirs : Mughlaqa était seule, elle savait tenir une maison, elle avait besoin de compagnie… 2 + 2 + 2 = on peut faire la paire, avait calculé Pachyderme.
Mais voilà Mughlaqa avait beau être dépressive, souvent malade, elle n'était pas idiote.
-"Mais pour vivre ensemble, il faut avoir des sentiments l'un pour l'autre. Moi je t'aime bien, mais je ne suis pas amoureuse de toi !"
-"Mais tu vois, la raisonna-t-il : tu as peu, j'ai peu, nous mettre ensemble nous profiterait… !"
Voilà qui est raisonné pensa Mughlaqa. Il faudrait en plus que je me farcisse un homme, alors que je suis tranquille, propriétaire, maîtresse de mon horloge, de ma vie…

   Peu après son arrivée, Pachyderme avait jeté son dévolu sur la Godiche. Il rougissait quand elle arrivait vers lui… Il en bafouillait et faisait des circonvolutions quand il lui parlait pour rester plus longtemps avec elle…  Godiche n'en avait cure…  Elle avait bien repéré son manège et l'évitait au maximum. Elle le trouvait gentil, serviable, honnête, mais barbant et obsessionnel. Il se disait intellectuel, mais ne lisait que des livres religieux qu'il digérait mal. Godiche qui avait fait de longues études inutiles, était une femme active, connaissait beaucoup de monde, rencontrait moulte gens toute la semaine… bref elle avait d'autres horizons et voyait en Pachyderme "un embarassse-boutique". Elle déclina poliment son offre quand il lui demanda si elle avait remarqué qu'il l'appréciait au plus au point…
-"J'ai pas de chance, lui confia-t-il, je tombe toujours amoureux de qui il ne faut pas !
-"Une fois je suis tombé amoureux de ma psychologue. Elle était belle, vous pensez bien qu'un gars comme moi, cela ne pouvait pas se faire… Je lui ai présenté mes excuses et je ne l'ai plus revue…" 

     Il avait aussi été amoureux d'une Calabraise aux yeux de braises. Petite, bien proportionnée, elle avait travaillé un temps dans la même entreprise que lui et avait déjà un fils aîné. Ils avaient vécu ensemble et eurent une fille.
Puis elle réalisa qu'elle n'avancerait jamais avec lui… Elle repartit dans sa famille installée en France depuis longtemps, dans une région voisine. Il espéra longtemps qu'elle lui reviendrait avec la petite.… Mais le poids et la solidarité familiaux le maintinrent à distance. Tout ce qu'il négocia c'est de voir la petite.

     Pour le moment Pachyderme était calé sur son dernier amour, et en inondait qui voulait l'entendre. Mughlaqa et la Godiche se tinrent coites, connaissant le personnage, il ne faudrait pas qu'il se rebatte sur le voisinage, histoire de se guérir…

à suivre…
© = texte soumis à copyrigh
t

 

 

 

Posté par divaguer à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :