Petites Histoires chez Pachyderme

La Garce habitait au rez-de-chaussée, dans l'aile nord de l'immeuble qui formait un L. Elle n'avait jamais eu l'air sympathique avec sa manie de regarder par en dessous et de ne pas voir les gens. Elle faisait aussi des coups tordus aux voisins, et en transférait la responsabilité aux autres.
Elle fréquentait la paroisse, avait ses œuvres, et semblait très appréciée par certains.
Elle cultivait une petite partie de la cour que partageaient quatre montées d'escaliers, mais elle ne supportait pas qu'on y aille. Elle y mettait ses fleurs et son linge sur ses propres fils de sèchage. Il y avait un autre étendage au milieu pour tout le monde, mais elle essayait de dissuader les voisins d'y pendre leur lessive.

Un après-midi d'été alors qu'il faisait chaud, la Godiche proposa à Autiste de prendre l'air dans cette cour qui était abritée du soleil. Popeye était tout content d'être dehors, et Rajah les rejoignit. On étala une grande couverture pour y installer l'enfant handicapé et les deux femmes s'assirent sur les deux seules chaises de jardin qui existaient et que quelqu'un avait laissé au bénéfice de tous après son départ de l'immeuble. Les deux femmes discutaient, doucement, chantèrent un peu avec l'enfant, changèrent de place en même temps que le soleil se déplaçât dans le carré de cour, mais restaient vers le fond sous les arbres.
La Garce observa le manège à plusieurs reprises, depuis sa fenêtre, alors qu'elle recevait des visiteurs. L'après-midi dura juqu'à 17h/18h. Elle finit par fermer sa fenêtre tout en opinant de la tête….

Dans la semaine qui suivit, la table et les chaises de jardin disparurent.
On s'étonna.
Un voisin regarda dans les caves et découvrit les deux chaises de jardin entreposées au sous-sol de la Garce : la table avait disparu. Godiche et Mughlaqa interrogèrent les habitants. Puis Mughlaqa eut l'idée d'aller voir le donateur du mobilier qui avait déménagé à quelques rues de là : la Garce était passée par son magasin pour lui dire de récupérer ses meubles de jardin qui ne pouvaient plus rester dans la cour !
Quand on l'interrogea afin de savoir pourquoi elle avait agi ainsi, elle dit qu'elle n'y était pour rien…

à suivre…
© = texte soumis à copyright