Pachyderme Niqué

Petites Histoires chez Pachyderme

Pachyderme demanda à la Godiche de lui prêter sa clé de la cour pour en faire un double, car il ne savait ce qu'il avait fait du sien.
"Ça tombe bien lui répondit-elle, j'en ai justement un fait pour un voisin qui n'est pas venu le chercher !"
-"Je préfère faire le mien chez un copain, car c'est moins cher : il me le fait à 9€, alors que vous, vous l'avez fait à 13€ !"
-"ah bon, je me serais fait avoir dans ce quartier de riches !"
-"non c'est les prix de ces clés spéciales, mais celui à qui j'ai demandé est un copain, il va me faire un prix !"
-"dommage !' dit la Godiche, celle-ci me reste sur les bras…
Elle lui tendit une clé pour qu'il fasse sa copie pas chère.
-"j'y vais cet après-midi, je vous la ramène ce soir." et il repartit en roulant des épaules : il allait faire une bonne affaire…

Évidemment le soir venu, Pachyderme ne ramena pas la clé…
Il réapparut à sa porte le lendemain vers midi…
-Alors il vous l'a faite à 9€ ?!"
-"oui, c'est un bon copain !" et il lui tendit une clé pour la lui rendre…
Quand elle sentit la clé sous sa main, elle la trouva neuve…
-"Vous me rendez la vôtre !" dit-elle à Pachyderme, "vous vous êtes trompé, la mienne est plus émoussée…"
-"Je ne sais pas, elles sont pareilles…"
-"Et bien on va voir !"
Elle l'invita à la suivre jusqu'au rez-chaussée. Elle précisa :
-"La targette en haut est un peu dure, mais il suffit de la pousser un peu vers le bas…"
Elle enfila la nouvelle clé dans la serrure, et tourna. Quand elle voulut ouvrir la porte, la serrure était toujours fermée…
-"Tiens dit-elle quelqu'un ne l'a pas fermée hier soir !"
Elle tourna dans l'autre sens, la serrure restait en positon fermée à double tour…
-"Essayez donc ?" lui fit-elle en l'invitant ainsi à constater par lui même. Il tourna dans un sens, dans un autre… rien n'y fit, la porte ne s'ouvrait pas… 
-"Donc c'est bien votre clé qui ne fonctionne pas ! Allez donc me chercher la mienne svp !"
Pachyderme était stupéfait…
-"Putain de sa race, il m'a niqué le mec !"
-"Voilà pourquoi mon double fonctionne, il est plus cher, mais il est fiable !"
-"Je me suis fait avoir de 9€ ! Le mec m'a niqué !"

Pachyderme remonta avec sa fausse clé, rouvrit sa porte, éteignit la sirène d'alarme et trouva la clé de la Godiche. Il lui redescendit.
À l'examen des deux, on sentait bien une neuve et une déjà utilisée. D'ailleurs l'ancien double avait perdu de sa dorure sur le dos.
-"J'ai perdu 9€… je me suis fait niqué…"
-"Mais peut-être ne l'a-t-il pas fait exprès ?" c'est peut-être juste un ajustement, puisque votre double entre, mais ne fonctionne pas…"
-"oui, je vais retourner le voir, il y a une petite différence de hauteur…"  expliqua-t-il en les examinant de près.
-"si ça ne fonctionne pas, il vous la remboursera certainement !"
-"Faîtes m'en faire un double, vous, je vous donne l'argent… Vous irez m'en faire un double dans les prochains jours… enfin quand vous pourrez !"
-"Si vous voulez… mais pas aujourd'hui, je ne sors plus et demain je suis occopée, donc la semaine prochaine !"
Il chercha son porte-monnaie et sorti un billet de dix euros et dans la poche trouva deux euros.
-"j'ai pas les 13€." avoua-t-il
-"Vous me les donnerez quand je vous rapporterai la clé !" concilia-t-elle.

Pachyderme remonta à son étage, tout mari des dépenses inutiles qu'il avait engagées.
Godiche se demanda
-"Pourquoi veut-il une clé maintenant ? Il ne va jamais dans la cour et cela fait plus d'un an qu'on a fermé la porte à clé !"
En effet Pachyderme ne venait jamais seul dans l'espace commun, il s'y trouvait trop seul. En plus l'été le bâtiment emmagasinait la chaleur dans la journée et l'accumulait. De sorte qu'il y faisait chaud même le soir, quand le soleil était déjà passé de l'autre côté de l'immeuble depuis plusieurs heures. Pachyderme ne quittait jamais son appartement sans actionné la sirène anti-vol, même quand il allait chez un voisin à trois mètres, il la mettait en route : alors descendre son petit déjeuner, s'installer sur la table du jardin, noter qu'il manquait quelque chose, remonter les deux étages avec ses cent vingt kilogrammes, désamorcer la sirène, prendre ce qu'il était venu chercher, réactionner la sirène, fermer sa porte dans les trente secondes, redescendre, lui était trop lourd. Donc il se contentait de prendre ses repas la fenêtre ouverte donnant sur les arbres…

Le lendemain, il frappa à la porte de la Godiche :
-"Vous avez pu faire mon double ?" lui demanda-t-il
-"ben non, je vous avais dit la semaine prochaine, je vous avais dit que j'avais à faire…"
-"Dommage, j'aurai aimé l'avoir…"
-"Ben prenez celle-ci, au moins elle fonctionne !"
-"Mais vous ?"
-"J'en ai une autre ! Je m'en ferai faire une à l'occasion, pour moi…"

Pachyderme repartit avec une clé fonctionnelle, mais ne descendit pas dans la cour les jours suivants…

à suivre…
© = texte soumis à copyright

Posté par divaguer à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Mughlaqa*

Petites Histoires chez Pachyderme

Mughlaqa saluait parfois les passants depuis ses fenêtres du rez-chaussée, elle faisait un brin de causette avec les voisins, parfois elle fermait tout et elle-même : elle ne voulait plus voir personne.

Elle connaissait beaucoup de monde. Elle avait un fils handicapé moteur, très gentil et souriant, qui vivait en fauteuil roulant. Grâce à lui, beaucoup de gens parlaient à Mughlaqa pour demander des nouvelles de son fils quand il était en pension.
Il avait commencé à parler vers douze ans, par double syllabes : il disait "boire", chocolat était "colat", "téo" pour "météo", "rmir" pour "dormir" et sa mère décodait, comme toutes les mères du monde…

Elle avait travaillé longtemps pour l'hôpital du coin et n'avait pas supporté la nouvelle méthode de travail qui minutait chaque geste. Le lien avait les collègues était devenu un luxe et les employés avaient même du mal à fumer une cigarette pendant leur temps de pause. Il fallait toujours courir : courir chercher les dossiers des patients, courir apporter le matériel aux infirmiers, courir transmettre un courrier de médecin, courir nettoyer un dégât, courir d'une consultation à l'autre. Elle tint un temps, puis démoralisée tomba malade. Elle fut arrêtée quelques semaines, puis quelques mois, puis repris le travail enfin, mais transférée dans un autre service où elle ne se reconnut pas, elle retomba malade et fut mise en invalidité. Elle ferma ses fenêtres et sa porte : elle se mura dans le sombre et le silence. La maladie que le travail avait canalisée les années précédentes, s'aggrava…  et la société compta un handicapé de plus !

à suivre…
© = texte soumis à copyright

 

Posté par divaguer à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :