Économie Parallèle chez MJFR

Petites histoires de Pachyderme…

Régulièrement Monsieur Je Fais Rien vidait sa cave des multiples appareils, matériaux, ustensils qu'il avait récupérés durant l'année, au gré de ses chantiers, visites, prospections… Il en chargeait sa voiture à bloc, à bloc dans tous les interstices et sur le toit. Le véhicule, un Pijot, doublait de poids et de hauteur, et il partait pour le bled, outre-Méditerranée…

Là, il revendait à un prix intéressant sa récolte, il y avait de tout ce dont les gens avaient besoin et qui rapportait : lavabo, radiateur, centrale vapeur, table, batterie, TV, ventilateur, à croire que là-bas ils manquaient de tout ! Cela lui payait le voyage…

Plusieurs fois, il partit avec une voiture qu'il revendit aussi sur place, mais ça c'était sur commande pré-payée.

Quand ce qu'il avait collecté n'était pas réservé, il le laissait dans les parties communes de l'immeuble, au sous-sol : à charge aux voisins de faire évacuer les reliquats, à leurs frais !

 à suivre…

 © = texte soumis à copyrig

Posté par divaguer à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Et Voici les Vacances d'Été

En France, les vacances d'été sont le grand et long rituel de rupture du rythme quotidien. C'est une pause dans la société : une partie du pays s'arrête et profite de la vie ou change de vie.
Regain d'activités ou suspension d'activité…
De plus en plus de Français partent à nouveau en vacances. Quels sont les points forts de cette phase ?

Certains partent 6 fois dans l'année. 70% des Français partent au moins 1 fois, quelques jours ou plusieurs semaines : il y a une grande diversité. 30% des Français participent à 50% des départs.
Mais ne nous trompons pas, tout le monde ne prend pas de vacances payantes.

Dès qu'il y a un chômeur de moins, 6 personnes en profitent.


Les étrangers sont de retour. (ils ne sont pas au courant des grèves dans la SNCF - ils  ne viennent pas avec Air-France !) : ils viennent en voiture ou en avion de lignes étrangères.

Remettons les pendules à l'heure :
89 millions de voyageurs internationaux passent en France (et non prennent leurs vacances en France comme se plait à le dire la presse qui n'est pas à une erreur près)…  On est 1° en nombre de passage (routiers, voisins, vacanciers, voyageurs, etc…), mais en chiffres d'affaires la France est le 3° ou le 5° pays de dépenses touristiques (derrière les USA 186 milliards $ de CA et l'Espagne).
Un million d'emplois lui sont consacré directement et 1 million indirect : c'est toute une économie. Les Chinois sont 2,5 millions à venir en France, mais ils sont 5 millions à aller en Russie.
Nous avons un problème d'infra-structure, le territoire est mal couvert… La concentration se fait sur Paris, la Côte d'Azur, les stations d'hiver des Alpes, les châteaux de la Loire.
La sous-traitance virtuelle a élargi l'offre. Le tourisme buissonnier se développe également, lentement !

Pour certains Français, le budget (hébergement + nourriture + dépenses annexes) est de 30€/jour et par personne (15% de la population). Le budget moyen est de 430€ par personne pour les vacances en France. Il faut dire que les vacances ne sont pas toujours marchandes. En 1°lieu on va dans la famille (70%) ; il y a les résidences secondaires qui servent de lieu de vacances. Il y a les vacances avec les amis, chez les amis, il y a encore les vacances sociales ou associatives, etc…

Le plus souvent, les vacances sont préparées, organisées par les femmes…

Avec internet, le client n'est plus seulement un consommateur, mais c'est aussi l'ambassadeur des lieux qu'il apprécie. En plus des anciennes cartes postales indispensables, les auto-portraits, les galeries-web, les blogs promeuvent les lieux de vacances. Les services de sous-traitance ont révolutionné le milieu. La 1/2 des voyageurs se passe d'agence de voyage. Le monde des professionnels du tourisme est en train de changer. Le monde des vacances s'équilibre…

 

 

avec des extraits de C'dans l'Air de F5 du 29/06/18  

 

 

Posté par divaguer à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Calendier de Travail Français : Illustrations

*Nombre de Français vivent sous un calendrier de travail très particulier ; qu'il s'agisse des média audio-visuels, de la presse écrite, des associations, des établissements scolaires, et certaines administrations, du monde politique : le nombre d'heures travaillées s'éparpille entre des impondérables.

Voici concrètement un exemple en ce mois d'avril 2018

Le 1° avril sonne Pâques. Avec cette fête, le lundi est férié, mais déjà le vendredi après-midi, voire le vendredi tout entier, nombre de travailleurs ont levé le pied ! Cela se sent dans les transports en commun, dans les rendez-vous médicaux, dans les consultations administratives et libérales, dans les médias locaux, dans les rencontres associatives.

Il faut attendre la fin de la semaine suivante pour que les enfants soient en vacances, mais dors et déjà la semaine s'annonce légère : beaucoup de personnes prennent des vacances avant les scolaires… comment réunir les gens ? ils sont au vert ou au soleil !
Puis s'enchainent les deux semaines de vacances scolaires, les rues se vident, les galeries marchandes sont pleines, les centres de loisirs s'activent, mais les journaux sont aussi vides (de 8 à 10 pages dans la presse locale, on passe à 3 pages sur la grande ville ! = il ne se passe plus rien en ville, pas de nouvelle = bonne nouvelle), les associations fonctionnent au ralenti, impossible d'avoir un rendez-vous administratif, nombre de professions libérales sont absentes, les centres médico-sociaux, socio-culturels n'ont pas le temps pour les citoyens, etc…

Quinze jours de vacances scoalaires après, même système, le rythme de vie urbain est toujours allègé, les autres zones sont en vacances, les quartiers vivent calmement hormis les chantiers qui eux s'activent de partout. On a l'impression qu'il va falloir attendre la fin de toutes les vacances pour reprendre une vie normale : mais quand est-ce ? le lundi 30 avril !
ah oui, et le 1° est un mardi = commencent les ponts de mai !

En juin on enchaîne les fêtes de famille, de quartier, d'école, d'association, la préparation des vacances, etc… et on en revient au calendrier français général.


Ces exemples ne veulent pas dire qu'on ne fait rien, car nombre de travailleurs sont à leur poste et assument leur travail. Mais on sent un allègement collectif certain dans les secteurs cités !



 

Posté par divaguer à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Créneaux de travail dans le Calendrier Français

*Nombre de Français vivent sous un calendrier de travail très particulier ; qu'il s'agisse des média audio-visuels, de la presse, des associations, des établissements scolaires, et certaines administrations, du monde politique : le nombre d'heures travaillées s'éparpille entre des impondérables.

Concrètement comment s'organise un calendrier annuel avec les corps cités.

•Les journaux locaux ont leurs menhirs (sujets incontournables qui reviennent chaque année : les riches de la région, la rentrée des classes, les cimetières à la Toussaint, les chocolats de la Trêve des Confiseurs, les Francs-Maçons, le prix de l'immobilier, la grippe et les gastro, etc…) ; ils ont aussi des créneaux.

Pendant les vacances scolaires les pigistes doivent être au chômage et les journalistes titulaires ont autre chose sur la planche : pas d'article ou des faits divers, la liste des chantiers de voirie, ou le thème des vacances. Les journaux sont vides quinze jours à la Toussaint, trois semaines pour les fêtes de fin d'année, dix jours en février, deux ou trois semaines entre les vacances de printemps et Pâques. Inutile de chercher les nouvelles en mai : entre les jours chômés, les fériés et les ponts, à peine quelques articles d'actualités dans le mois. Juin est plein de menhirs : la fête des mères, les communions, les fêtes d'écoles, les départs en vacances… En été c'est le calme plat dans les nouvelles : il ne se passe rien apparemment ! Il ne doit rien se passer : il n'y a plus de stylo qui vaille. En septembre tout est accaparé par la rentrée des classes, des associations, plus rien d'autre n'a d'importance !

•Même calendrier pour les associations. En septembre, c'est la rentrée, mieux vaut ne rien demandé, elles se réorganisent. Vous avez un créneau vers la fin septembre (après les Journées du Patrimoine par exemple ou les premières compétitions) et les trois premières semaines d'octobre. Avant la Toussaint, pendant la Toussaint, après la Toussaint, tous les membres sont pris par leurs devoirs familiaux. Là encore un créneau de trois semaines en novembre. Décembre est occupé par les préparatifs de fêtes associatives, amicales et familiales. En janvier, la moitié du mois est occupée par les galettes des rois, les réception de vœux. En février ne tombez pas : vacances ou neige ou épidémie, il ne se fait plus rien, sauf une semaine dans le mois à peu près. Attendons mars… attention mars est propice aux activités : les jours ont rallongé, il fait meilleur, il n'y a pas de jour férié… mais là, comme en octobre, en novembre ou en juin, tout se bouscule : il faut assumer le trimestre en quelques semaines ! Tout le monde se donne rendez-vous en même temps, voire le même jour (et si possible à la même heure) : congestions… Sans compter les retraités qui assurent nombre de tâches dans les associations et qui partent en vacances de printemps (hors-saison) : blocage !

Au printemps, pendant les vacances, il faut garder les petits enfants, rouvrir les maisons de campagne : nouvelles indisponibilités. Et arrivent les ponts et les retrouvailles extérieures : impossible de réunir un conseil d'administration, personne n'est libre en même temps ! Il faut attendre juin, mais là, comme en septembre, le programme est déjà fait : il y a la sortie de fin d'année, la fête de la musique, le bilan des activités annuelles, le rangement… Et tout le monde est occupé les semaines suivantes, jusqu'à la rentrée…

•Dans les administrations, on combine les deux calendriers précédents, en plus du calendrier politique (séances, budgets, bilans,…) et avec les aléas des épidémies…

*Conclusion : environ vingt semaines de travail par an sur cinquante deux !

On comprend que nos voisins nous envient ! La France est un paradis…

 

 

Posté par divaguer à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Calendrier de Travail à la Française

*Nombre de Français vivent sous un calendrier de travail très particulier ; qu'il s'agisse des média audio-visuels, de la presse, des associations, des établissements scolaires, et certaines administrations,  du monde politique : le nombre d'heures travaillées s'éparpille entre des impondérables.

•Dans un reportage, un guide chinois cynique expliquait à des touristes de même langue qui visitaient la capitale, ce qu'était la vie des Français : "en hiver ils sont malades, donc ne vont pas travailler. Quand arrive le beau temps du printemps, ils font grève et manifestent. En été ils sont en vacances normales. En septembre ils sont perturbés par la rentrée des vacances, des classes, des projets, des dossiers. Mais arrivent à nouveau les vacances d'automne, puis les fêtes de fin d'année.  En tout ils ont travaillé quelques mois".

•Examinons la cadence réelle : qui a côtoyé certains milieux s'est rendu compte qu'il ne fallait pas compter faire quelque chose pendant certaines périodes :

En septembre, on commence par quelques semaines d'activité intense : les emplois du temps sont faits, organisés, la vie peut prendre un rythme de croisière. Il fait encore beau : c'est l'automne. En octobre il faut se mettre au travail… jusqu'à la Toussaint. Tout se bouscule, il faut faire vite avant les visites aux ancêtres : donc le mois travaillé est d'environ 3 semaines. Invariablement un agent qui répond au public normalement est absent, les parents d'élèves sont débordés, les associations lèvent le pied une semaine avant cette fête importante.

En novembre, il devient opportun de faire tout ce qui avait été prévu en automne, car de Toussaint à la st-Nicolas, plusieurs fêtes perturbent l'activité : selon les années, il y a le pont de la Toussaint ou du 11-Novembre, qui s'ajoutent aux vacances…

On carbure à plein, tant et si bien, que tout tombe le même jour ou le même soir. Tout est en route et il faut suivre… mais

Dès le mois de décembre, c'est la Trève des Confiseurs, les gens ont la tête dans leurs repas de fête, les cadeaux à préparer, les tenues à prévoir, les voyages ou aller-retour à effectuer : tenir une réunion pendant cette période est assuré d'un déficit de participants.

On enchaîne sur janvier avec ses vœux de tous à tous, galettes des rois, festivités se poursuivent, puis succèdent les épidémies : rhum, grippe, angine, gastro, bronchite, et les congés-maladie ou jours de carence, empêchent tout travail d'équipe avec des responsables. Puis arrivent les vacances de Carnaval, 15 jours pour les uns, souvent une semaine pour beaucoup et les m@ls de retour annonce que la personne à joindre revient un peu plus tard.

Arrive une grosse période de travail : mars. Les maladies sont vaincues, les congés sont oubliés, tout peut reprendre. On travaille alors dardard partout… car arrive les évasions de printemps : 15 jours de vacance et il faut tout caser avant… et oui, car après Pâques en fonction des années, vient le joli mois de mai et une série de jours fériés, pont qui vous fait saliver comme une annoncé d'été. Dans les entreprises il faut liquider les jours de congés de l'année précédente. En combinant bien les jours fériés, les RTT on ne travaille que quelques jours dans le mois…

Juin est un mois de plein activité à nouveau : il faut tout termine avant l'été et les congés estivaux habituels. Les réunions, les missions, les comptes se bousculent. Parfois il faut être à 3 endroits à la fois au même moment. Les jours sont les plus longs du mois, donc on fait double journée, non de travail, mais de travail et loisirs… C'est donc très intense dans la vie des gens.

À l'été on lève le pied. Les collègues ne sont pas tous là, il manque des élèments pour travailler, il faut attendre leur retour… Mais à leur retour, c'est vous qui êtes parti… on verra donc en septembre.

Septembre est un mois intense : il faut tout remettre sur pied, tout en même temps, pour tout le monde, après des semaines de langueur ou d'errance. Comme on ne peut pas tout faire en même temps, on se met au plus urgent, et on remet le reste au mois suivant…

Qui veut organiser une réunion, une manifestation ou une fête sans connaître ces repères et ces impondérables est voué à des complications, voire des échecs !

Quand vous voulez programmer quelque chose, de bonne foi et en connaissance de cause, il se trouve inévitablement un jour dans le mois "repéré comme mois de travail" où d'autres organisations auront arrêté le même jour et la même heure et l'on se retrouve avec 3 rendez-vous en même temps ! Si vous positionnez la rencontre pendant une période relâche : c'est bien simple, il n'y aura personne !

On a fait le tour du calendrier de travail français : environ 5 mois de travail réel ! On peut dire que nous avons un doux pays… Un paradis pensent certains de nos voisins…

Attention, cela ne veut pas dire que tous les secteurs sont touchés. Il y a des gens qui travaillent tout le temps, plus que les 35heures effectives… ils compensent la douceur de vivre des autres et font monter la moyenne…

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par divaguer à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Le Coût d'un Quartier Résidentiel

Petites histoires de Pachyderme

Pachyderme n'avait pas vraiment choisi son appartement. Installé précédemment dans un grand appartement en plein centre ville, peu onéreux (175€ les 150m2), mais vétuste, il avait été relogé par le nouveau propriétaire de l'immeuble, car le vieux devait être réhabilité de fond en comble. On lui avait proposé deux autres possibilités dont une en banlieue. Il avait donc choisi cet immeuble en fin de ville, sans charme, mais au calme, avec de la verdure et qui avait été refait il y a peu de temps.

Auparavent, il allait à son travail à pied. Il allait au marché sur le quai de la rivière, avait donc peu de frais et cela allait bien avec son petit budget de smicard. Ainsi il arrivait à faire des cadeaux à sa fille.

Maintenant il payait 350€ pour 32m2, plus les charges, il lui fallait payer l'abonnement de bus (55€), plus les impôts locaux. Mais ce qu'il n'avait pas calculé, c'était le prix de vie courante dans ce quartier. Qualifié de résidentiel, tout y était hors de prix pour lui. Le marché alimentaire même était pour des gens aisés. Les fruits étaient à 6€ le kg en pleine saison, alors il n'en mangeait presque plus. Les légumes étaient au même tarif, la salade en pleine saison coûtait 1,20€, le poulet chez le boucher était à 22€ le kg, le boudin à 12,80€, la baguette ordinaire à 0,95€ pour 200g, etc…

Alors chaque mois, il allait avec sa valise à roulette au supermarché discount à deux quartiers de là, pour faire des provisions de pauvres : de la mauvaise qualité à des prix exagérés. Mais le pain de mie industriel coûtaît 0,69€ le paquet qui lui faisait la semaine. Des fromages gras à 1,20€ la pièce lui faisait son repas du soir. Il achetait des pommes d'un autre continent pour 2,50€ les 2 kg, des lentilles, des boîtes de thon pour 1,92€ (les 400g), des pâtes (à 69cts les 500g) avec de la sauce tomate chinoise…  Le kg de sucre était là à 0,68€ alors que dans son quartier le premier prix était à 1,20€ dans un supermarché et 1,72€ dans l'autre ! Or Pachyderme était gourmand, il compensait son manque d'affection par le sucré ! Alors une de ses collègues collectaient pour lui les sachets de sucre des cafés et thés non utilisés dans les bistrots, afin de réduire ses dépenses…

Se nourrir mal a un coût pour la santé, et chaque fois qu'il avait un souci familial ou social, il se gavait. Pachyderme pesait 110kg à son arrivée, deux ans plus tard, il en était à 120kg…

 

 à suivre…

 © = texte soumis à copyright

 

Posté par divaguer à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

les Vrais chiffres du chomage en France 2017

Février 2017

entre les catégories, on s'y perd,

on nous perd :

6 594 500 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues,

+ 4 500 000 environ d'invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : + de 11 millions de chômeurs en France (fourchette basse),

et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

pour en savoir + : agoravox 25 mars 17 ;

Posté par divaguer à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 novembre 2014

Avions

Tout le monde veut prendre l'avion… voyager

Mais personne ne veut d'aéroport ou d'avion vers chez soi !

Posté par divaguer à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 octobre 2014

Prix Produits

Les prix des produits français sont de plus en plus cher en charge social, de moins en moins cher en matière première !

Posté par divaguer à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2013

Médicaments

Depuis une décennie environ, les pharmacies sont de plus en plus souvent en rupture de médicaments :

-l'industrie pharmaceutique n'a pas reçu sa commande (qu'elle a soutraitée)…

-les génériques fabriqués ailleurs ne sont pas fabriqués régulièrement…

-le renouvellement de la licence se fait attendre…

-"Bruxelles" met son nez dedans…

-les pharmacies faisant des stocks, le fournisseur se trouve en rupture !

C'est ce qu'on appelle la désorganisation d'un système !

Il faut trouver la pharmacie qui a fait du stock, jongler avec les dosages, panacher les composants, attendre… faire des stocks soi-même !

Posté par divaguer à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,