Petites Histoires de Pachyderme

Mughlaqa se sentait seule, Mughlaqa était seule ; parfois elle voulait être seule ou du moins elle aurait voulu ne pas être seule tout en étant écartée du monde…
Elle répondait rarement aux propositions que lui faisaient les gens qui passaient à sa fenêtre. Elle trouvait la sociabilité intrusive et elle s'en passait. Parfois elle se plaignait de solitude, mais en même temps n'était pas prête à avoir des relations. Elle n'avait pas de relation avec qui elle aurait voulu, donc elle s'en passait tout en les regrettant.
Quand elle avait rendez-vous pour sortir, la plus part du temps elle annulait au dernier moment : c'était trop pour elle… soit elle n'arrivait pas à se projeter, soit elle avait peur…

La semaine de ses cinquante ans, elle fit un effort ; elle ne convia pas ses proches, ni ses voisins qui l'aidaient régulièrement, mais des connaissances… Elle commanda de petits gâteaux sucrés, prépara du thé à la menthe et de la limonade fraîche.
Godiche qui passait par là, s'étonna… Pachyderme ne comprit pas… Geoffroy resta sur son quant-à-soi et attendit pour voir. L'Anguille l'encouragea…

Les invités arrivèrent dans l'appartement dénudé et mal agencé. Ils firent eux-mêmes le tour des pièces mal installées, s'esclafèrent, posèrent maintes questions. Quand ils s'assirent enfin Mughlaqa leur servit à boire ainsi que les amuse-gueules prévus. Elle ne savait en fait où donner de la tête. Ils bougeaient tout le temps, passaient d'une pièce à l'autre : elle se sentit envahie… Comme très vite, il n'y eut plus à boire, et peu à manger, et que le logement était, somme toute assez restreint, ils ne restèrent pas longtemps… Pas longtemps, mais assez pour trouver un carnet de chèque et la carte de retrait d'espèces ; pas longtemps, mais assez pour embarquer la montre de sa sœur défunte en ouvrant les tiroirs et des boîtes de rangement.

Mughlaqa ne s'en aperçut pas de suite, tant elle était fatiguée de cette visite multiple, flux de gens qui étaient venus avec les invités et qui l'avait impressionnée par leur voix forte, leur sans-gène et leur va-et-vient !
Elle se douta qu'il manquerait quelque chose…
Ce ne fut que le lundi qu'elle s'aperçut du manque de son carnet de chèques. Elle téléphona aux personnes dont elle avait le numéro en vain : on se moqua d'elle. Elle ne remarqua ensuite l'absence de la montre.
Elle se coucha ets'endormit ne sachant si elle avait bien fait, mais se doutant d'avoir fait une bêtise. Elle s'enfonça dans le sommeil, comme on fait un voyage.

S'en ouvrant à Godiche, celle-ci l'incita à faire opposition sur chaque chèque volé et à porter plainte : trop tard, plusieurs centaines d'euros avaient été prélevés… Pachyderme se proposa d'aller discuter avec les invités afin de les "inviter" à rendre les objets…
Mughlaqa ferma ses volets, ses portes, ses oreilles et ses yeux pour plusieurs jours…

Un jour elle avoua à l'Anguille qu'elle s'était aussi fait dépouiller de plusieurs milliers d'euros par une demande de crédit fait en son nom avec une signature fantaisiste…  qu'elle remboursa scrupuleusement pendant plusieurs années… Pourquoi ne pas prendre un avocat ? pourquoi ne pas se rapprocher d'une association de victimes… L'Anguille ne sut quoi lui dire… et de longues années de restriction commencèrent.

 à suivre…
© = texte soumis à copyright