13 juillet 2019

Pachyderme Amoureux

Petites Histoires de Pachyderme

Pachyderme est amoureux.
     La dernière en date était une ancienne collègue de travail qui était mariée.
-"Je ne l'ai pas fait exprès, je suis tombé amoureux !" dit-il à Mughlaqa, "Elle me plaisait, elle est attentionnée…"
Dans l'organisme catholique où il travaillait cela ne faisait pas bon effet. Il faut dire que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'il était amoureux Pachyderme… Pas discret pour deux sous… Et puis, amoureux comme un innocent. Il savait qu'il ne fallait pas, mais voilà il était tombé dedants.
Même après sa retraite, il revenait dans les parages de son travail pour l'apercevoir… Tous les matins, il allait à la messe à la cathédrale toute proche, puis buvait un petit café vers son ancien bâtiment de travail, attendant vainement on ne sait quoi !

     À quelques années de là, il avait été amoureux de Mughlaqa amoureux ? pas vraiment, mais il trouvait qu'ils s'entendaient bien ; ils passaient des soirées ensemble, Pachyderme philosophant sur la vie, sur dieu, relatant comme Shéhérazade les péripéties, les vicissitudes de sa vie. Il parlait, parlait, comme un moulin. Mughlaqa le laissait parler tout en regardant la télévision.… Un soir il lui dit
-"On se voit régulièrement depuis pas mal de temps… on est bien ensemble… on pourrait se mettre en couple !"
Il avait fait dans sa tête tout un cheminement, il avait articulé les possibles et ses désirs : Mughlaqa était seule, elle savait tenir une maison, elle avait besoin de compagnie… 2 + 2 + 2 = on peut faire la paire, avait calculé Pachyderme.
Mais voilà Mughlaqa avait beau être dépressive, souvent malade, elle n'était pas idiote.
-"Mais pour vivre ensemble, il faut avoir des sentiments l'un pour l'autre. Moi je t'aime bien, mais je ne suis pas amoureuse de toi !"
-"Mais tu vois, la raisonna-t-il : tu as peu, j'ai peu, nous mettre ensemble nous profiterait… !"
Voilà qui est raisonné pensa Mughlaqa. Il faudrait en plus que je me farcisse un homme, alors que je suis tranquille, propriétaire, maîtresse de mon horloge, de ma vie…

   Peu après son arrivée, Pachyderme avait jeté son dévolu sur la Godiche. Il rougissait quand elle arrivait vers lui… Il en bafouillait et faisait des circonvolutions quand il lui parlait pour rester plus longtemps avec elle…  Godiche n'en avait cure…  Elle avait bien repéré son manège et l'évitait au maximum. Elle le trouvait gentil, serviable, honnête, mais barbant et obsessionnel. Il se disait intellectuel, mais ne lisait que des livres religieux qu'il digérait mal. Godiche qui avait fait de longues études inutiles, était une femme active, connaissait beaucoup de monde, rencontrait moulte gens toute la semaine… bref elle avait d'autres horizons et voyait en Pachyderme "un embarassse-boutique". Elle déclina poliment son offre quand il lui demanda si elle avait remarqué qu'il l'appréciait au plus au point…
-"J'ai pas de chance, lui confia-t-il, je tombe toujours amoureux de qui il ne faut pas !
-"Une fois je suis tombé amoureux de ma psychologue. Elle était belle, vous pensez bien qu'un gars comme moi, cela ne pouvait pas se faire… Je lui ai présenté mes excuses et je ne l'ai plus revue…" 

     Il avait aussi été amoureux d'une Calabraise aux yeux de braises. Petite, bien proportionnée, elle avait travaillé un temps dans la même entreprise que lui et avait déjà un fils aîné. Ils avaient vécu ensemble et eurent une fille.
Puis elle réalisa qu'elle n'avancerait jamais avec lui… Elle repartit dans sa famille installée en France depuis longtemps, dans une région voisine. Il espéra longtemps qu'elle lui reviendrait avec la petite.… Mais le poids et la solidarité familiaux le maintinrent à distance. Tout ce qu'il négocia c'est de voir la petite.

     Pour le moment Pachyderme était calé sur son dernier amour, et en inondait qui voulait l'entendre. Mughlaqa et la Godiche se tinrent coites, connaissant le personnage, il ne faudrait pas qu'il se rebatte sur le voisinage, histoire de se guérir…

à suivre…
© = texte soumis à copyrigh
t

 

 

 

Posté par divaguer à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :