Certaines réformes grammaticales sont apparues pour la langue française.

Si on parle de "la boulangère" s'agit-il de "la femme du boulanger" ou d'une professionnelle ?

Quand on parle de "l'ambassadrice" s'agit-il de "la femme de l'ambassadeur" ou de la responsable de l'ambassade ?

Doit-on réfréner l'élargissement de nos concepts professionnels au nom de la tradition ou accepter la féminisation des professions traditionnellement masculines ?

"Professeure" ne défrise pas les prof ; pas plus qu'auteur et auteure…

Ne faut-il pas s'ouvrir l'esprit ?

Si l'on doit faire la distinction entre la personne qui fait le pain et celle qui tient la caisse, l'imagination des Français trouvera bien dans les années qui viennent une manière de distinguer l'épouse qui tient la boutique… Après tout elle est caissière, gestionnaire… sera-t-elle toujours la conjointe du type qui fait la boulange ?